AFRIQUE
FABRIQUER LE REGARD, MARCHANDS, RÉSEAUX ET OBJETS D'ART AFRICAINS À L'AUBE DU XXe SIÈCLE
Biro, Yaëlle
les presses du réel
Prix de vente : 30.00 €
Classification : afrique
Lieu d'édition(s) : Dijon
Année : 2018
Nb. de pages : 415
Format : In-8° broché.
Illustrations : illustrations en noir et blanc et sépia
Prenant appui sur un ensemble d'archives largement inédites, cet ouvrage se concentre sur le rôle joué par les marchands d'art, au tournant du siècle dernier, dans la définition, la promotion et la circulation d'objets africains en tant qu'œuvres d'art, en Europe et aux États-Unis.
En Occident, le regard esthétisant posé sur les objets venant d'ailleurs n'est ni neutre ni spontané. Pour ce qui est des arts d'Afrique, ce regard construit s'est forgé au début du XXe siècle, dans le contexte d'une Afrique colonisée, par le biais d'actions concrètes et délibérées initiées par un petit groupe d'acteurs, mené par Guillaume Apollinaire : artistes d'avant-garde, critiques, collectionneurs et marchands. Cette fabrique du regard fut activée par un cercle étroit d'individus qui peuvent être considérés comme les principaux protagonistes de la création du marché des arts africains des deux côtés de l'Atlantique avant 1920 : Joseph Brummer, Robert J. Coady, Marius de Zayas, Paul Guillaume et Charles Vignier. Par le choix des œuvres qu'ils opérèrent, les expositions qu'ils organisèrent et les ouvrages qu'ils publièrent, ils furent largement responsables de la construction du « canon » des arts africains, et influencèrent leur perception en Occident jusqu'à ce jour.
Les cas de micro-histoire développés ici prennent en compte acteurs et œuvres, les trajectoires internationales non-linéaires de ces dernières ainsi que leurs modes de représentation complexes. Ils nous permettent de mettre en avant l'existence d'un marché actif et fondateur, et de définir la place de ce commerce comme foyer d'un jugement esthétique embryonnaire. En rétablissant les étapes de sa formation, au croisement de l'histoire des collections, du marché, du goût et de l'histoire coloniale, ce livre propose de réévaluer les concepts utilisés en histoire de l'art depuis des décennies pour appréhender la réception des arts de l'Afrique.

Yaëlle Biro est conservatrice d'art africain au Metropolitan Museum of Art de New York. Docteure en Histoire de l'Art de l'Université Paris 1 – Sorbonne (2010), et bénéficiaire du prix de thèse du musée du quai Branly – Jacques Chirac pour ce travail, elle est spécialiste de la réception des arts de l'Afrique en Occident, sujet dont elle explore les multiples facettes par le biais d'expositions, d'articles et de conférences.
Nous contacter concernant cet ouvrage
* : champ obligatoire
Nom : *
Prénom : *
E-mail : *
Adresse :
Code postal :
Ville :
Message : *
Contrôle :

Conformément à l'article 27 de la loi «informatique et Liberté» du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification des informations vous concernant.